Appel à communication du RT21 pour le congrès de l’AFS – Nantes 2013

5e Congrès de l’AFS, Nantes 2013 « Les dominations » 

Les mouvements sociaux, entre domination et émancipation

 

Les mouvements sociaux sont traditionnellement identifiés à une lutte contre les dominations ou en faveur de l’émancipation. Dans cette perspective, un mouvement social représenterait ce moment où des individus, plus ou moins nombreux, agissent collectivement face à une politique, un adversaire ou un processus de modernisation, et mettent sur la place publique un projet de vie commune qui viendra questionner au moins partiellement l’ordre dominant.

Recherches théoriques et empiriques invitent au contraire le travail sociologique à complexifier la palette des rapports possibles entre les mouvements sociaux et les deux notions que sont la domination et l’émancipation. Cela afin d’éviter une conception des mouvements sociaux qui risquerait de se perdre doublement, d’abord dans un enchantement trop exclusif des fins et des moyens qu’ils mobilisent, ensuite dans le rétrécissement du champ, excluant les conduites collectives ne relevant pas de l’émancipation ou de la mise en question de tel ou tel rapport de domination.

Ce cinquième congrès de l’AFS, placé sous le thème général des dominations, représente pour le RT21 l’occasion de repenser l’association émancipation/domination qui sous tend les analyses sur les mouvements sociaux.

À observer les mouvements sociaux tels qu’ils se présentent à la scène conflictuelle d’une société, le sociologue découvre en effet qu’ils ne se réduisent pas à la remise en question de l’ordre institutionnel et étatique, et qu’ils ne peuvent se résumer à une opposition entre «dominés» (mouvements sociaux) et «dominants» (adversaires). Certains des acteurs des mouvements sociaux participent à la négociation, à la co- fabrication, voire à la gestion d’un rapport de domination – les syndicats sont là pour en donner de nombreux exemples.

On découvre aussi des mouvements sociaux qui visent « la bonne gouvernance » ou le contrôle des gouvernements, des institutions publiques ou des gouvernements locaux. Le mouvement social semble alors guidé non pas par un projet d’émancipation ou de lutte contre la domination mais davantage par le respect d’une « économie morale » dans le cadre de laquelle une relation de domination semble acceptable.

Enfin, de nombreuses enquêtes se penchent sur les rapports de domination qui se développent à l’intérieur même des mouvements sociaux. Ainsi sont observés des phénomènes de bureaucratisation, de hiérarchisation entre militants et simples participants, des rapports sociaux de sexe, d’âge, de classe et de race à l’intérieur des groupes mobilisés. Même lorsque certains des militants s’attachent, dans l’organisation générale du mouvement, à instaurer des règles qui mettent à distance des rapports de domination identifiés et revendiquent une démocratie interne, l’analyse des relations concrètes met très souvent en évidence l’aspect illusoire de ces transformations.

Ainsi pourrons-nous nous demander si, au delà de la reproduction des rapports sociaux de domination, certaines formes de mobilisation ne peuvent-elles pas être comprises comme productrices de domination ?

Dans cette perspective, les communications pourront notamment porter sur l’un des trois thèmes suivants :

1. Domination et émancipation : usages par les acteurs et par les organisations

Chaque mouvement social délimite les contours du rapport de domination qui constitue l’objet de sa mobilisation. Il énonce et véhicule des possibles qui constituent alors autant de pistes d’émancipation spécifiques. Les définitions des deux termes – domination et émancipation – deviennent alors étroitement liées à leur contexte de production. Dans quelle mesure les acteurs se définissent-ils comme inscrits dans une relation de domination ? Observe-t-on des variations de leurs définitions en fonction des usages que peuvent en faire acteurs et organisations ?

2. Quels rapports de domination à l’intérieur d’un mouvement social ?

Si les mouvements sociaux peuvent être un cadre d’expression pour les dominés, ils fonctionnent aussi comme des espaces de reproduction des dominations et des rapports sociaux de sexe, d’âge, de classe et de race. On pense ici aux relations entre les participants, et ceci quel que soit leur degré de participation (bénéficiaires, militants actifs, leaders de mobilisation, etc.). On pense aussi aux mouvements voyant des causes de « dominés » défendues par des populations plus dominantes. L’usage des nouvelles technologies, tout comme l’utilisation de l’art, de pratiques et de codes culturels peuvent agir comme des éléments discriminant pour une partie des participants.

3. Les dominants aux commandes : des mouvements sociaux réactionnaires ?

Les dominants investissent également les espaces des mouvements sociaux et se saisissent eux aussi des registres de l’action collective. On observe des mouvements sociaux opposés à la contraception, à l’avortement ainsi qu’aux lois autorisant le « mariage pour tous » ou l’adoption par des couples du même sexe. D’autres s’opposent aux projets de légalisation du cannabis. Plusieurs mouvements sociaux demandent des politiques plus répressives ou exigent une « mano dura » ou une « tolérance zéro » à l’égard des délinquants. D’autres encore, exigent l’abaissement de l’âge de la responsabilité pénale des délinquants (de 18 à 16 ans). Peut-on alors parler de mouvements sociaux « réactionnaires » ou « conservateurs » ?

En fonction des propositions reçues, une session sera envisagée avec le RT38 pour interroger les mouvements écologistes, et ceci quelque soit l’objet de la mobilisation (opposition à des projets d’aménagement, gaz de schiste, circuits courts, tris des déchets, etc.) ainsi qu’avec le GT44 pour saisir dans quelle mesure les acteurs des mouvements sociaux s’emparent des questions de justice sociale. Est-il possible d’établir des hiérarchies entre un régime maximal (émancipation, égalité sociale) et un régime minimal (partage du pouvoir voire simple accession au pouvoir, nouvelle contractualisation) ?

Les propositions de communication (au maximum 5 000 caractères espaces compris) devront être envoyées aux trois adresses suivantes : merklen@ehess.fr, sophie.lamotte@ymail.com, mathilde.pette@gmail.com avant le 15 janvier 2013.

 

Séminaire 2012 – 2013 / Séance n°1 / Autour du livre « Histoire des mouvements sociaux en France », La Découverte, 2012

La première séance du séminaire 2012 – 2013 de notre réseau thématique sera consacrée à une présentation du livre “Histoire des mouvements sociaux en France” publié chez La Découverte ce mois de novembre 2012.

Nous accueillerons Danielle TARTAKOWSKY (Université Paris 8) et Michel PIGENET (Université Paris 1) pour un débat présenté par Geoffrey Pleyers et animé par Didier Le Saout, autour d’une question centrale :

 

 

 

Quels apports des historiens à la sociologie des mouvements sociaux?

 

 

 

 

 

 

La séance aura lieu le vendredi 23 novembre, de 15h à 18h, à la Maison des Sciences de l’Homme, 190 Avenue de France, Paris 13°, salle 640.

 

« Révoltés et indignés, le renouveau des contestations en 2011 » Journée d’étude du 9 décembre 2011 / Introduction

Didier Le Saout – Université Paris 8

Présentation Générale

 

John KRINSKY – City College of New York, “Occupy Wall Street”

1. Occupy Wall Street et les média

2. Occuper les lieux du capitalisme

3. Enjeux organisationnels à Zucotti Park : maintenir le camp, l’ouverture et la transparence du mouvement

4. Contribution et présence syndicales

« Révoltés et indignés, le renouveau des contestations en 2011 » Journée d’étude du 9 décembre 2011 / Partie II

Sylvaine Bulle, crfj/cnrs, gspm/ehess
J14 (Israël) – MJ5 (Palestine), les singularités des mouvements israélien et palestinien

Didier Le Saout, université paris 8 / Érasme
Manifestations, gestion de l’espace et mobilisations d’État en Tunisie, au Maroc et en Algérie

Emmanuel Ruzé, Telecom Paris Tech, ISTEC
Indignons-nous : ethnographie participante de l’occupation du parvis de La Défense

Geoffrey Pleyers, FNRS / université Louvain – CADIS / EHESS
Alter-activites, indignés, 99% : au delà de la révolte

Recension par la revue Dissidence des Cahiers des Amériques (n°66) issu des travaux du RT21

Dans son numéro du printemps 2012, “La revue des revues” de “Dissidence” publie un compte-rendu du numéro 66 des Cahiers des Amériques latines consacré au regain d’intérêt pour l’espace local parmi les mouvements sociaux latino-américains. Ce numéro thématique est le fruit des travaux du RT 21, d’abord au congrès 2009 de l’AFS puis dans le cadre d’une journée d’étude au cours de laquelle ont été discutées les premières versions des articles de ce dossier.
Soulignons le grand intérêt du dossier de ce numéro consacré aux mouvements sociaux et à leurs relations à l’espace des luttes en Amérique latine. La localisation des mouvements sociaux, tout comme la géographie du capital (D. Harvey), est depuis quelques années au centre de l’intérêt des sociologues et politistes qui s’intéressent aux actions collectives protestataires. Denis Merklen et Geoffrey Pleyers offrent de nombreuses pistes de recherches en insistant sur le rapport entre territoires locaux, mobilisations et espaces publics. Ils constatent, avec raison, que durant la dernière décennie nous avons pu assister à une relocalisation des mouvements sociaux et à une montée en puissance de l’espace local comme base territoriale de sociabilité mais aussi de lutte collective. Ils constatent cependant que « l’ancrage local d’acteurs et de mobilisation n’est en rien incompatible, ni avec le lien politique national, ni avec une projection de la citoyenneté au-delà des frontières de l’État-nation » : luttes contre les expropriations de terres, luttes pour l’environnement, luttes pour l’auto-organisation, luttes pour le logement, luttes contre la fermeture d’usines etc… Geoffrey Pleyers revient sur le cas mexicain avec notamment l’expérience du zapatisme qui, depuis 1994, a réussi à construire un pouvoir local extrêmement intéressant et largement médiatisé sur la scène mondiale. Il s’agit de construire des espaces alternatifs ou encore « des espaces d’expérience dans lesquels les participants tentent de traduire dans la pratique les valeurs de participation, d’égalité et d’autogestion ». Bien entendu, ces mobilisations à une échelle locale, malgré tout leur potentiel, posent également la question des limites de mobilisations qui peinent à obtenir des résultats sur le plan national et de la transformation de l’État, en l’absence de projet politique alternatif à un échelle plus large. Au Mexique, l’expérience zapatiste coexiste même avec le renforcement de la répression d’État, de la droite politique et du néolibéralisme, bien loin des théorisations d’un John Holloway sur « changer le monde sans prendre le pouvoir »… Notons également les contributions d’Emmanuelle Barozet sur les territoires des mouvements sociaux au Chili et de Maxime Quijoux sur les entreprises récupérées en Argentine.
Pour une lecture complète de l’introduction du dossier, en attendant sa mise en ligne complète cet automne:

Séminaire – Cinquième séance

Le RT21 “Mouvements sociaux” organise la quatrième séance de son séminaire le 4 mai 2012, de 15h à 18h avec :

 

– Hakan Thorn, de l’université de Goteborg, qui interviendra en anglais (les questions pourront être posées en français) : 

“Beyond Eurocentrism in social movement studies. An approach to political globalisation from below and the case of anti-apartheid” 

Discutant:  James Jasper, City University of New York, Professeur invité EHESS

 

– En première partie, nous recevrons Nathalie Fuchs, Centre d’Etudes Européennes, Sciences – Po :

“Les frontières identitaires du militantisme de cité”

 

Lieu du séminaire : Salle 2, MSH Paris, 190 Avenue de France, Paris 13e