Séminaire – 3ème séance

Le RT21 « Mouvements sociaux » organise la troisième séance de son séminaire le 2 mars 2012, de 15h à 18h avec :

Olivier Fillieule, Université de Lausanne : « Penser les mouvements sociaux.
Construction de l’objet et pratique de l’enquête* »

 

 

En première partie, de 15h à 16h, Maxime Quijoux, chercheur associé au CREDA (Paris 3 – CNRS) présentera son livre « Néolibéralisme et autogestion, l’expérience argentine (éditions de l’IHEAL)

 

 

* Les participants sont invités à lire l’introduction du livre « Penser les mouvements sociaux » (Éric AGRIKOLIANSKY, Isabelle SOMMIER, Olivier FILLIEULE dir. La découverte, 2010)

Lieu du séminaire : Salle 2, MSH Paris, 190 Avenue de France, Paris 13e

Quel est l’espace public des mouvements sociaux ?

Le RT21 organise  la deuxième séance de son séminaire. Animée par Denis Merklen, cette séance s’intitulera « Quel est l’espace public des mouvements sociaux ? » et accueillera les interventions de :

Sylvie Capitant, Université Paris 1, IEDES-UMR Développement et sociétés

Michèle Leclerc-Olive, Institut de recherche interdisciplinaire sur les enjeux sociaux (IRIS, EHESS/CNRS)

Etienne Tassin, Université Paris Diderot – Pairs 7, Centre de sociologie des pratiques et des représentations politiques (CSPRP.)

Le concept de « mouvement social », quelle que soit la perspective théorique où l’on inscrit le concept, ne peut pas être pensé sans une référence à celui de « espace public ». Tout mouvement social est manifestation, rapport de forces, conflit, interpellation, voice, prise de parole, présence, pluralité, publicité, irruption, émergence. Et cette présence collective ne peut se faire qu’au sein d’un espace public qui confère sens à l’action parce qu’il l’accueille ou la rejette. Mais de quel espace public s’agit-il ? Une question fréquemment posée est celle de son « l’échelle » : nationale, locale ou transfrontalière ? En effet, cette question est essentielle à la compréhension de la nature même du mouvement social. Ainsi, peut-on penser que le caractère « local » d’un mouvement social ne se définit pas par la taille du mouvement ni par la « proximité » entre ses agents, la « localité » étant un effet du type d’espace public où l’action s’inscrit et de la manière où il s’y inscrit. Mais en réalité, en tant qu’irruption, nous pouvons penser qu’un mouvement social ne s’inscrit pas dans un espace public préexistant mais qu’il contribue en même temps à produire l’espace public dans lequel l’action s’inscrit. Le mouvement social s’adresse alors à un ensemble de spectateurs pour manifester la nature d’un conflit et solliciter leur jugement à propos de l’enjeu ainsi mis en scène. Alors, la question de l’espace public ne peut pas être limitée à une quelconque question d’échelle mais nécessite au contraire une réflexion à propos de la nature de l’espace public lui-même. Or, la plupart des recherches sur les mouvements sociaux ne tiennent pas compte de cette dimension fondamentalement politique de l’action collective. Une question invite alors  à la réflexion et au débat : quel est l’espace public des mouvements sociaux ?

Vendredi 20 janvier 2012, 15h – 18h

Salle 3 de l’EHESS, 190 avenue de France – 75013 Paris

Séance animée par Denis Merklen (Université Paris Diderot – Sorbonne Paris Cité Institut de recherche interdisciplinaire sur les enjeux sociaux – École des Hautes Études en Sciences Sociales)

merklen@ehess.fr

http://iris.ehess.fr/document.php?id=735


Journée d’étude / Révoltés et indignés, le renouveau des contestations en 2011

© Didier Le Saout

En 2011, des mouvements révolutionnaires en Tunisie et en Egypte ont ouvert un espace de protestation – marqué notamment par l’occupation de lieux devenus symboliques – qui n’a pas connu de précédent dans les aires du Maghreb et du Moyen Orient. Un souffle contestataire s’est également propagé dans les sociétés du nord. Depuis mai 2011, des manifestations en Espagne et en Grèce rassemblant jusqu’à plusieurs dizaines de milliers de personnes placent la protestation sous le registre de l’indignation. Aux Etats-Unis, des manifestants campent en plein cœur du quartier financier de Wall Street à New York depuis plusieurs mois. Tous ces mouvements produisent des revendications inédites amplifiées et diffusées par les réseaux sociaux dans l’espace associatif ou dans l’espace virtuel. Les nouveaux « indignés » tirent-ils leur filiation des formes de mobilisation contenues dans les mouvements révolutionnaires de Tunisie et d’Egypte ? Les mouvements sociaux se réorganisent-ils sur une échelle planétaire ? Ou bien les histoires singulières des sociétés nationales ne modélisent-elles pas des formes de contestation originales propres à chacun des pays ?

Le RT21 propose une journée d’étude le vendredi 9 décembre 2011, de 15h00 à 20h00, à l’amphithéâtre François Furet, EHESS, 105 bd Raspail, 75006 Paris.

Programme détaillé de la séance organisée par Didier Le Saout & Geoffrey Pleyers

Introduction

 » Perspectives sur une année mouvementée », Didier Le Saout & Geoffrey Pleyers, RT 21

« Occupy wall street »,  John Krinsky, graduate center, city university of New York

Aux sources d’un renouveau contestataire

« Le mouvement vert à Téhéran »,  Anahita Grisoni, cadis/ehess

« Le mouvement Kifaya et la révolution en Egypte »,  Caroline Barbary, université paris I

« Mouvements sociaux et Etats en Bolivie : la fin d’une lune de miel ? »,  Lorenza Fontana, université Pise

« J14 (Israël)- MJ5 (Palestine). Les singularités des mouvements israélien et  palestinien », Sylvaine Bulle (EHESS-IMM)

Lecture commentée de reportages

« Filmer l’indignation : mouvements contestataires en Egypte, à Bahreïn, en Grèce et en France »,  Chris Den Hond, cinéaste-reporter

Occupations et délibérations

« Manifestations, gestion de l’espace et mobilisations d’Etats en Tunisie, au Maroc et en Algérie »,  Didier Le Saout, université paris 8/erasme

« Le corps dans les mouvements contemporains », Philippe Bataille, CADIS/EHESS

« Los indignados en Espagne: occupations de places et assemblées populaires ouvertes »,  Juan Enrique Serrano Moreno, université paris I

« Indignons-nous : ethnographie participante de l’occupation du parvis de La Défense »,  Emmanuel Ruzé, Telecom ParisTech, ISTEC

« Alter-activistes, indignés et 99 %: au-delà de la révolte »,  Geoffrey Pleyers, FNRS/université Louvain – cadis/ehess

Programme du Séminaire du RT21

Le programme de notre séminaire est en cours d’élaboration. Nous publions toutefois cette version intermédiaire afin de présenter les premières séances à venir.

Séance 1 / vendredi 09 décembre 2011 – « Insurrects et indignés : y a-t-il quelque chose en commun  entre Athènes, Buenos Aires, Le Caire, Madrid, New York, Tunis? »

Séance coordonnée par Didier Le Saout.

Intervenants : Didier Le Saout, Denis Merklen, John Krinsky, Pia Ruis

Séance 2 / vendredi 20 janvier 2012 – « L’actualité de l’espace public. »

Séance coordonnée par Denis Merklen.

Intervenants : Michèle Leclerc – Olive, Étienne Tassin

Séance 3 / vendredi 02 mars 2012

Intervenant : Olivier Filleule

Séance 4 / vendredi 04 avril 2012

Intervenant : Jim Jaspers

Séance 5 / vendredi 11 mai 2012 – « Mouvements sociaux urbains. »

Séance coordonnée par Geoffrey Pleyers

Intervenant : Hakan Thorn

 

Le séminaire du RT21 aura lieu à la Maison des Sciences de l’Homme,

190 – 198 avenue de France, 75013 Paris (M° quai de la Gare)

Séance de 15h00 à 18h00.