Recension par la revue Dissidence des Cahiers des Amériques (n°66) issu des travaux du RT21

Dans son numéro du printemps 2012, « La revue des revues » de « Dissidence » publie un compte-rendu du numéro 66 des Cahiers des Amériques latines consacré au regain d’intérêt pour l’espace local parmi les mouvements sociaux latino-américains. Ce numéro thématique est le fruit des travaux du RT 21, d’abord au congrès 2009 de l’AFS puis dans le cadre d’une journée d’étude au cours de laquelle ont été discutées les premières versions des articles de ce dossier.
Soulignons le grand intérêt du dossier de ce numéro consacré aux mouvements sociaux et à leurs relations à l’espace des luttes en Amérique latine. La localisation des mouvements sociaux, tout comme la géographie du capital (D. Harvey), est depuis quelques années au centre de l’intérêt des sociologues et politistes qui s’intéressent aux actions collectives protestataires. Denis Merklen et Geoffrey Pleyers offrent de nombreuses pistes de recherches en insistant sur le rapport entre territoires locaux, mobilisations et espaces publics. Ils constatent, avec raison, que durant la dernière décennie nous avons pu assister à une relocalisation des mouvements sociaux et à une montée en puissance de l’espace local comme base territoriale de sociabilité mais aussi de lutte collective. Ils constatent cependant que « l’ancrage local d’acteurs et de mobilisation n’est en rien incompatible, ni avec le lien politique national, ni avec une projection de la citoyenneté au-delà des frontières de l’État-nation » : luttes contre les expropriations de terres, luttes pour l’environnement, luttes pour l’auto-organisation, luttes pour le logement, luttes contre la fermeture d’usines etc… Geoffrey Pleyers revient sur le cas mexicain avec notamment l’expérience du zapatisme qui, depuis 1994, a réussi à construire un pouvoir local extrêmement intéressant et largement médiatisé sur la scène mondiale. Il s’agit de construire des espaces alternatifs ou encore « des espaces d’expérience dans lesquels les participants tentent de traduire dans la pratique les valeurs de participation, d’égalité et d’autogestion ». Bien entendu, ces mobilisations à une échelle locale, malgré tout leur potentiel, posent également la question des limites de mobilisations qui peinent à obtenir des résultats sur le plan national et de la transformation de l’État, en l’absence de projet politique alternatif à un échelle plus large. Au Mexique, l’expérience zapatiste coexiste même avec le renforcement de la répression d’État, de la droite politique et du néolibéralisme, bien loin des théorisations d’un John Holloway sur « changer le monde sans prendre le pouvoir »… Notons également les contributions d’Emmanuelle Barozet sur les territoires des mouvements sociaux au Chili et de Maxime Quijoux sur les entreprises récupérées en Argentine.
Pour une lecture complète de l’introduction du dossier, en attendant sa mise en ligne complète cet automne:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *